ARTES Formations - Nantes, Lyon Toulouse

Le blog des formateurs

Faites attention à votre attention et dorlotez vos neurones

Posons le décor. Il y a quelque chose que nous avons toujours avec nous, que nous interrogeons plus de 150 fois par jour, qui nous sert en principe à avoir des relations sociales mais éventuellement aussi à travailler, nous divertir ou nous cultiver, bref, qui occupe une telle place dans nos vies que nous avons oublié que nous ne pouvons pas nous en passer.
Vous voyez de quoi nous parlons ?

Pas sûr…
Nous parlons d’un truc qui n’a pas besoin d’être rechargé dès que vous l’utilisez un tant soit peu, qui ne vous coûte pas un bras, qui en principe ne bug pas et que vous ne posez pas sur votre table de nuit au couché (ou alors vous êtes bizarrement faits). Nous parlons de votre cerveau !

Vous l’avez compris, cette analogie a pour but d’introduire le peu de rationalité que nous avons vis-à-vis de l’un et de l’autre. Nous passons plus de temps à apprendre le mode d’emploi de notre téléphone que celui de notre cerveau… et nous mettons notre cerveau au repos, jamais (ou si peu) notre portable ou notre tablette.

Vous savez aussi, si vous avez entre-autre regardé l’excellent documentaire de Laurence Serfaty « Hyperconnectés : le cerveau en surcharge » sur ARTE, les interactions entre ces deux outils de notre quotidien ne sont pas sans inconvénient en particulier sur notre attention et notre concentration, donc sur notre efficacité au travail, notre capacité d'apprentissage et notre niveau de stress.

Mais savez-vous que cela va beaucoup plus loin ?

Poursuivre la lecture…

Public chéri, mon amour…

En empruntant au regretté Pierre Desproges sa célèbre introduction dans une émission de radio non moins célèbre1, c’est évidemment la notion centrale de la relation aux publics que nous souhaitons continuer d’éclairer.

En parallèle des préoccupations sur les enjeux de la billetterie, nombre d'entre-vous s’interrogent aussi sur comment faire évoluer les politiques de communication, de médiation, de fidélisation ou de diversification.

Pourquoi ces questions deviennent unanimement prégnantes ?
Le contexte économique des projets culturels y est sans doute pour quelque chose2, mais surtout la surabondance de l’offre, notamment de divertissements, rend le public plus volage et fait évoluer ses comportements.

Poursuivre la lecture…

Pendant la réforme, la formation continue…

On pourrait presque caricaturer « nouvelle année, nouvelle réforme » tant la formation professionnelle a été remodelée depuis 2014.
Mais vous le savez, chez ARTES, notre philosophie n’est pas de voir le verre à moitié vide mais celui à moitié plein. (Il est interdit de sourire en pensant que nous les vidons trop vite pour qu’ils restent à moitié plein).

Bref, petit panorama des incidences de la réforme pour les 3 années à venir afin que vous puissiez préparer au mieux vos projets de formations.

Commençons par le pratico-pratique : jusqu’au 31 mars, vous continuez à faire vos demandes de formation et de prise en charge comme précédemment. Les plafonds de prise en charge pour une structure restent similaires à l’année dernière. Idem pour les intermittents.

Après le 31 mars, les règles doivent évoluer. En principe de manière positive pour les entreprises de moins de 50 salariés.
Par contre, les règles n’étant pas encore finalisées, leur mise en œuvre risque de prendre un peu de temps.
On peut cependant espérer que les fonds mutualités - c’est-à-dire qui complètent dans certains cas les fonds de la structure - seront plus généreux à terme.

Poursuivre la lecture…

Financement des projets culturels : interrogations et perspectives, entretien avec Philippe Barthélemy

Philippe Barthélemy est enseignant à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et à l'Université de Versailles. Il y est chargé de l’enseignement des techniques de recherche de financements culturels (nationaux, européens et privés) et de la fiscalité des structures culturelles. Il assure pour ARTES, depuis sa création en 2005, l'animation des formations sur la méthodologie de montage de projets culturels et les techniques de recherche de financements. Concepteur de projets culturels plusieurs fois sélectionnés et soutenus par l’Union Européenne dans le cadre du Programme CULTURE, ancien directeur de services culturels de collectivités locales, il a été aussi directeur de plusieurs associations gestionnaires d’équipements culturels. Il nous livre ici, lors d'un entretien avec Cyrille Bureau, directeur d'ARTES, quelques précisions importantes sur ses modules consacrés à la méthodologie de montage de projet culturel et aux techniques de recherche de financements.

Poursuivre la lecture…

Formation "Monter des projets culturels avec l'Europe", entretien avec Philippe Barthélemy.

Philippe Barthélemy est enseignant à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et à l'Université de Versailles. Il y est chargé de l’enseignement des techniques de recherche de financements culturels (nationaux, européens et privés) et de la fiscalité des structures culturelles. Il assure pour ARTES, depuis sa création en 2005, l'animation des formations sur la méthodologie de montage de projets culturels et les techniques de recherche de financements. Concepteur de projets culturels plusieurs fois sélectionnés et soutenus par l’Union Européenne dans le cadre du Programme CULTURE, ancien directeur de services culturels de collectivités locales, il a été aussi directeur de plusieurs associations gestionnaires d’équipements culturels. Il nous livre ici quelques précisions importantes sur son module consacré aux financements européens lors d'un entretien avec Cyrille Bureau, directeur d'ARTES.

Poursuivre la lecture…

Vous êtes ici :

  • S'INFORMER
  • Le blog des formateurs

© 2005-2019 ARTES Formations - FAZHAN Formations
16 rue Fouré - 44000 NANTES - Tél. 02 40 20 35 35

Ce site ne collecte aucune donnée personnelle sans votre consentement préalable.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité - En savoir plus

J'ai compris

Nous utilisons les technologies standard de l’Internet nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de ce site. Cela veut dire que, de fait, nous collectons et stockons des informations, mais par défaut ce sont des informations anonymes et qui ne sont stockées que le temps de votre visite.

Par exemple nous détectons le type de navigateur que vous utilisez pour que notre serveur vous délivre la page la mieux optimisée, ou nous déponsons un cookie de session pour assurer la sécurité de votre navigation.

Evidemment, si vous vous inscrivez à l’un de nos services (mailing liste, espace personnel, etc.), ou que vous nous contactez, nous vous demandons des données personnelles.
Pour savoir comment nous les gérons ou comment exercer vos choix, consultez notre Politique de confidentialité.